Ciara 10 février 2020

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 09/02/2020 à 12 heures locales

Date de fin d’événement : 11/02/2020 à 17 heures locales

Type d’événement : dépression atlantique de type ND (classification Dreveton)

Régions concernées :

Régions impactées En pourcentage de surface touchée par des rafales supérieures à 100 km/h, les régions les plus concernées sont :
  • les Hauts-de-France (73 %) ;
  • le Grand-Est (66 %) ;
  • la Normandie et la Corse (un peu de plus de 50 %).

Le Sud-Ouest est à peine effleuré : l’Aquitaine n’est pas touchée ; Limousin, Pays-de-la-Loire et Midi-Pyrénées le sont très peu.

Résumé :
Dépression très creuse, Ciara balaie le nord de l’Europe. Des vents violents touchent les Îles Britanniques, le Bénélux, le nord de la France mais aussi la Corse.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
219 km/h au Cap Corse le 11 février
53 heures
23 %
fort

II. Description de la situation météorologique

Ciara se creuse le samedi 8 février sur le nord de l’Atlantique, pour toucher le nord des îles Britanniques dimanche 9 février à la mi-journée. Elle prend ensuite la direction de la Scandinavie. On relève une pression de 947 hPa sur le nord de l’Écosse. C’est donc une dépression très creuse qui a balayé le nord de l’Europe et des vents violents ont été relevés des Îles Britanniques au Bénélux et au nord de la France.
Le lundi 11 février, alors que la perturbation tempétueuse associée à la dépression Ciara a plongé loin à l’est en Europe, le régime d’ouest soutenu dans son sillage provoque depuis la veille des vents particulièrement violents entre Alpes et Corse.

III. Vent

Ciara est classée forte tempête au vu de son indice de sévérité SSIs avec une durée exceptionnelle de 53 heures.

  • 23 % de la surface du pays sont soumis à des vents de plus de 100 km/h ;
  • presque 4 % du territoire subit des vents dépassant 120 km/h ;
  • 1 % est impacté par des rafales supérieures à 140 km/h.

On dépasse le seuil des 160 km/h en Corse et dans les Alpes-Maritimes. On mesure 219 km/h au cap Corse en fin de nuit : c’est un record mensuel pour un mois de février, mais c’est la deuxième valeur la plus élevée tous mois confondus derrière les 225 km/h du 16 janvier 2018.

Animation des rafales horaires estimées Carte événementielle Indice de sévérité
Animation rafales horaires Carte événementielle Indice de sévérité
Animation des vents maxima horaires Vent maximal sur 3 jours (du 9 au 11)
Animation vent Carte vent
Rafales remarquables mesurées entre le 9 et le11 février 2020
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Corse 2B Cap Corse 72 219 le 11 février à 03h03
Corse 2B Cagnano 278 206 le 10 et le 11 février
Corse 2B Île Rousse 142 172 le 10 février à 18h29
Paca Alpes-Maritimes Saint-Cézaire-sur-Siagne 694 162 le 11 février à 06h16
Normandie Manche Gatteville 4 163 le 10 février à 13h04
Bretagne Morbihan Belle-Île 34 135 le 10 février à 01h16
Bretagne Finistère Brigognan 9 134 le 10 février à 01h37
Hauts-de-France Pas-de-Calais Cap Gris-Nez 48 131 le 10 février à 16h14

IV. Phénomènes météorologiques associés

Les précipitations
Cette tempête apporte assez peu de pluie. Dans le Grand-Est, on relève des valeurs quotidiennes supérieures à 20 ou 30 millimètres le 9 février et supérieures localement à 30 mm le lendemain. Le sud des Vosges et du Haut-Rhin sont le plus arrosés.

Pluies dans le Grand-Est le 9 Pluies dans le Grand-Est le 10 Cumul des pluies du 9 au 10
Pluie Grand-Est  journée du 9 février 2020 Pluie Grand-Est  journée du 10 février 2020 Cumul Pluie Grand-Est  journée du 9 au 10 février 2020

Relevés de précipitations supérieures à 25 mm le 9 février 2020 dans l’Est :

  • 25.4 mm Orbey Lac Blanc (68)
  • 25.8 mm Germaine (51)
  • 26.4 mm Longuyon (54)
  • 26.8 mm Gérardmer (88)
  • 28.0 mm Markstein Crête (68)
  • 28.5 mm Septsarges (55)
  • 32.9 mm Mailly (51)

Relevés de précipitations supérieures à 30 mm le 10 février 2020 dans l’Est :

  • 38.6 mm Sewen– Lac Alfeld (68)
  • 40.7 mm Kruth (68)
  • 42.9 mm Linthal (68)
  • 45.0 mm Markstein Crête (68)

Phénomènes côtiers
En Manche, il se produit de grosses vagues en mer et quelques débordements mineurs à la côte dans un contexte de grandes marées (coefficient dépassant 100 le 10 février et surcotes de quelques dizaines de centimètres). La vigilance vagues-submersion est maintenue jusqu’au 11 février (coefficient maximum 108).

Le vent et les incendies
Les vents violents en Corse ont pour conséquences une douceur remarquable et un assèchement de l’air sous le vent de la montagne (effet de fœhn). À l’aéroport de Bastia, on observe une chute remarquable de l’humidité de l’air passant de 70 % à 30 % en l’espace d’une heure tandis que la température gagne 6 degrés, pour atteindre des niveaux record.

Aéroport de Bastia : courbes de température, vent et humidité
Foehn aéroport de Bastia

Avec la chaleur, la sécheresse de l’air et des vents violents, le risque d’incendie s’accroît. Plusieurs foyers sont actifs entre le cap Corse et le nord de la plaine orientale.

V. Impacts socio-économiques

Dans le Sud-Est

Les vents violents attisent de nombreux incendies. L’intervention des pompiers est délicate sur plusieurs départs de feux, notamment en Haute-Corse. Le lundi 10 en début d’après-midi, un incendie se déclare dans le cap Corse, entre Sisco et Pietracorbara. Les violentes rafales rendent impossible le décollage des hélicoptères.
Le mardi 11 au matin, un incendie sévit toujours à Rutali situé entre Olmeta-di-Tuda et Biguglia, au sud-est de Bastia.

  • plusieurs centaines d’hectares sont brûlés ;
  • 2000 foyers sont privés d’électricité.

Dans l’Ouest

  • chutes d’arbres, quelques toitures envolées surtout en Normandie, coupures de courant ;
  • trafic aérien, ferroviaire et maritime perturbé ;
  • dégâts côtiers localisés liés aux grosses vagues ou débordements.

Dans le Nord

Une tornade se produit dans la Somme dans la traîne active à l’arrière de Ciara : elle touche le village de Bertangles au nord d’Amiens, un peu avant 16 heures le 10 février.

  • un seul blessé
  • des palettes balayées sur des dizaines de mètres ;
  • un bus scolaire vide poussé en dehors de la route.

Dans l’Est

  • routes coupées, toitures envolées (150 m² d’une toiture d’école à Saint-Dié-des-Vosges-88), foyers sans électricité, arbres arrachés ;
  • des trains sont également supprimés, les transports scolaires suspendus en matinée en Meurthe-et-Moselle.
  • Le bilan fait aussi état de 11 blessés légers dans le Grand Est.